Fiches individuelles


D'OLMIERES Antoine - - 38556
Père : D'OLMIERES Jean II ( ~ 1430 - ~ 1472 )
Mère : VIGOUROUX Antoinette ( ~ 1435 - ~ 1514 )

D'OLMIERES Antoine
D'OLMIERES Jean II
D'OLMIERES Etienne II
DE CAUMONT Hélips
VIGOUROUX Antoinette
VIGOUROUX Georges
DE LAPARRA Ricarde




D'OLMIERES Antoine - - 38536
Naissance : vers 1500 ( Source )

Père : D'OLMIERES Jean III ( ~ 1462 - ~ 1519 )
Mère : DE PELEGRY Aurable ( ~ 1465 - ? )

Note individuelle : ·   Sans postérité connue.

D'OLMIERES Antoine
D'OLMIERES Jean III
D'OLMIERES Jean II
VIGOUROUX Antoinette
DE PELEGRY Aurable
DE PELEGRY Huc
D'HERAIL Hélis




D'OLMIERES Antoinette - - 38539
Père : D'OLMIERES Jean III ( ~ 1462 - ~ 1519 )
Mère : DE PELEGRY Aurable ( ~ 1465 - ? )

Union : DE BONALD Jean ( ? - ? )
Mariage religieux : avant 1521
D'OLMIERES Antoinette
D'OLMIERES Jean III
D'OLMIERES Jean II
VIGOUROUX Antoinette
DE PELEGRY Aurable
DE PELEGRY Huc
D'HERAIL Hélis




D'OLMIERES Antoinette - - 38560
Père : D'OLMIERES Jean II ( ~ 1430 - ~ 1472 )
Mère : VIGOUROUX Antoinette ( ~ 1435 - ~ 1514 )

D'OLMIERES Antoinette
D'OLMIERES Jean II
D'OLMIERES Etienne II
DE CAUMONT Hélips
VIGOUROUX Antoinette
VIGOUROUX Georges
DE LAPARRA Ricarde




D'OLMIERES Bernard - - 38632
Naissance : vers 1386 Coyrodes ( Source )

Père : D'OLMIERES Jean Ier ( ~ 1360 - > 1420 )
Mère : ? Volgude ( ? - ? )

Union : DE CARDAILLAC Hélix ( ~ 1380 - ? )
D'OLMIERES Bernard
D'OLMIERES Jean Ier
D'OLMIERES Etienne Ier
? ?
? Volgude
 
 




D'OLMIERES Catherine - - 38515
Naissance : vers 1530 ( Source )
Décès : avant janvier 1592 ( Source )

Père : D'OLMIERES Etienne III ( ~ 1485 - ~ 1555 )
Mère : DE MONTMEJEAN Isabelle ( ~ 1500 - 1566 )

Union : BERANGER de CALADON Antoine ( ~ 1515 - ? )
D'OLMIERES Catherine
D'OLMIERES Etienne III
D'OLMIERES Jean III
DE PELEGRY Aurable
DE MONTMEJEAN Isabelle
DE MONTMEJEAN Albert III
DE VEZINS Marguerite




D'OLMIERES Catherine
Décès : après 16 juillet 1675 ( Source )

Père : D'OLMIERES Jehan ( ~ 1600 - > 1675 )
Mère : ARJALIER Françoise ( ~ 1600 - > 1675 )

Union : DIZANE Jean ( ? - ? )
D'OLMIERES Catherine
D'OLMIERES Jehan
D'OLMIERES Jean
? ?
ARJALIER Françoise
ARJALIER Jean
CROZE Agneze




D'OLMIERES Duran - - 38726
Marchand Drapier

Naissance : vers 1290 ( Source )

Père : D'OLMIERES Peyre II ( ? - ? )
Mère : DE RICARD Dona ( ? - ? )

Union : ? ? ( ? - ? )
Enfant : D'OLMIERES Etienne Ier ( ~ 1325 - ~ 1385 )
Note individuelle : ·   Profession : Marchand Drapier de Millau.

D'OLMIERES Duran
D'OLMIERES Peyre II
 
 
DE RICARD Dona
 
 




D'OLMIERES Etienne - - 38559
Père : D'OLMIERES Jean II ( ~ 1430 - ~ 1472 )
Mère : VIGOUROUX Antoinette ( ~ 1435 - ~ 1514 )

D'OLMIERES Etienne
D'OLMIERES Jean II
D'OLMIERES Etienne II
DE CAUMONT Hélips
VIGOUROUX Antoinette
VIGOUROUX Georges
DE LAPARRA Ricarde




D'OLMIERES Etienne - - 38551
- Seigneur - Secrétaire du Roi - Capitoul

Naissance : vers 1460 ( Source )
Décès : après octobre 1522 ( Source )

Père : D'OLMIERES Jean II ( ~ 1430 - ~ 1472 )
Mère : VIGOUROUX Antoinette ( ~ 1435 - ~ 1514 )

Union 1 : BOYSSON Bertrande ( ? - ~ 1511 )
Mariage religieux : vers 1484 ( Source )
Union 2 : VIGUIER Riquette ( ? - ? )
Mariage religieux : 3 septembre 1511 ( Source )
Note individuelle : ·   Seigneur de Roquettes. Secrétaire du Roi (vers 1er juillet 1514). Capitoul de Toulouse (1503-1504).
·   Lettre missive des capitouls à messieurs tenant l'assemblée des marchands : ler juillet 1514. Avertis du jour où doivent être traitées les affaires de la bourse commune des marchands fréquentant les rivières, les capitouls envoient Etienne d'Olmières, secrétaire du roi, seigneur de Roquettes, et Hugues Dessus le jeune, bourgeois, marchand de Toulouse, avec pouvoir d'entendre et besogner en cette affaire comme s'ils y étaient eux-mêmes. (Archives de Toulouse AA13/41). Dolmières ou d'Olmlères (Etienne), seigneur de Roquette, figure au rôle des nobles de la cité de Toulouse, dressé en 1522, pour un brigantinier. Nobiliaire toulousain (Alphonse Brémond). Armoiries : D'or à l'arbre terrassé de sinople, un lévrier d'argent brochant, au chef d'Azur, chargé de 3 étoiles d'or. (Sources citées par Erwan GARGADENNEC sur son site http://gw.geneanet.org/mastrec : Armorial du Pays d'OC (famille d'OLMIERES - d'HUMIERES - DOLMIEYRAS)).

D'OLMIERES Etienne
D'OLMIERES Jean II
D'OLMIERES Etienne II
DE CAUMONT Hélips
VIGOUROUX Antoinette
VIGOUROUX Georges
DE LAPARRA Ricarde




D'OLMIERES Etienne Ier - - 38630
Consul - Marchand Drapier

Naissance : vers 1325 ( Source )
Décès : vers 1385 ( Source )

Père : D'OLMIERES Duran ( ~ 1290 - ? )
Mère : ? ? ( ? - ? )

Union : ? ? ( ? - ? )
Enfant : D'OLMIERES Jean Ier ( ~ 1360 - > 1420 )
Note individuelle : ·   A été 6 fois Consul de Millau (1356-1385). Marchand Drapier.

D'OLMIERES Etienne Ier
D'OLMIERES Duran
D'OLMIERES Peyre II
DE RICARD Dona
? ?
 
 




D'OLMIERES Etienne II - - 38547
Consul - Marchand Drapier - Seigneur

Naissance : vers 1390 à Millau 12145 ( Source )
Décès : vers 1458 ( Source )

Père : D'OLMIERES Jean Ier ( ~ 1360 - > 1420 )
Mère : ? Volgude ( ? - ? )

Union : DE CAUMONT Hélips ( ~ 1395 - ? )
Enfant : D'OLMIERES Jean II ( ~ 1430 - ~ 1472 )
Note individuelle : ·   Seigneur de Bussac, de Roquemaure et de Mona.
·   A été 7 fois Consul de Millau (1422-1450). Marchand Drapier.

D'OLMIERES Etienne II
D'OLMIERES Jean Ier
D'OLMIERES Etienne Ier
? ?
? Volgude
 
 




D'OLMIERES Etienne III - - 38496
Consul - Marchand Drapier - Seigneur - Sieur

Naissance : vers 1485 à Millau 12145 ( Source )
Décès : vers 1555 à Mende 48095 ( Source )

Père : D'OLMIERES Jean III ( ~ 1462 - ~ 1519 )
Mère : DE PELEGRY Aurable ( ~ 1465 - ? )

Union : DE MONTMEJEAN Isabelle ( ~ 1500 - 1566 )
Enfants : D'OLMIERES Jean ( ~ 1520 - ~ 1555 )
D'OLMIERES Jeanne ( ~ 1525 - ? )
D'OLMIERES Louis ( ~ 1525 - ? )
D'OLMIERES Catherine ( ~ 1530 - < 1592 )
D'OLMIERES Léone ( ? - ? )
D'OLMIERES Albert ( ? - ~ 1555 )
D'OLMIERES François ( ? - ~ 1555 )
Note individuelle : ·   Seigneur de Bussac (Commune de Saint-Rome-de-Cernon). Sieur de Recoulettes (Certainement suite à son mariage avec Isabelle de Montméjean).
·   Consul de Millau. Marchand Drapier.
·   Origines de la famille d'OLMIERES : Les d'Humières sont issus d'une dynastie de marchands drapiers de Millau (Aveyron), dont les membres ont exercé des charges consulaires de 1356 à 1522, et sont agrégés à la noblesse du Rouergue vers la fin du XIVème siècle ou début du XVème siècle.
·   Variantes du nom : d'Olmières, d’Umières, d’Olmeyras, d’Humières. Cette famille est distincte de la famille d'Humières, originaire d'Artois, éteinte à la fin du seizième siècle, qui tire son nom d'une terre située en Artois.
·   Les querelles de succession : Après le décès du beau-père d'Étienne III d'Humières, les cousins de son épouse lui en disputèrent l'héritage, d'où de nombreux procès qu'eurent à connaître les parlements de Toulouse, Montpellier, Dijon et Bordeaux. Il s'en suivit une véritable guerre privée entre eux et leurs adversaires qui assiégèrent pendant plusieurs jours le château de Recoulettes, à la paroisse de Barjac, près de Mende. Par lettres d'attaches du Conseil du Roi, en date du 9 juin 1539, le panonceau royal fut mis sur le château de Recoulettes, ce qui n'arrêta pas les différents conflits. Aussi Étienne d'Humières, sa femme et ses enfants décidèrent de se faire eux-mêmes justice, et commirent certains excès qui provoquèrent, malgré le soutien du parlement de Toulouse, où son oncle Georges d'Olmières, seigneur de Saint-Sernin d'Albigeois, mort en 1529, avait été quart président, et où siégeaient des membres de sa famille, l'intervention des États du Languedoc. Étienne d'Humières et ses fils, Albert, Jean et François furent arrêtés et condamnés à mort, leurs biens mis sous la main du roi, et exécutés à Mende en 1555. Son quatrième fils, Louis, et son gendre Louis de Grangier, ministre de la RPR, contumace, également condamné à mort, échappèrent au supplice. Isabeau de Montméjan, fut condamnée à faire amende honorable le 3 mai 1556 devant la cathédrale de Mende, et à la prison perpétuelle dans un couvent. Sa fille Jeanne, épouse de Grangier, multiplia les appels auprès du Grand Conseil de Paris, et obtint la libération de sa mère, peu avant sa mort le 17 août 1566.
·   Château de Recoulettes, commune de Lavernhe de Séverac. Il s’agit d’un petit manoir situé à 3 km à l’est de Lavernhe. Il apparaît au XVIième siècle comme propriété d’Etienne d’Olmières. Il fut transmis ensuite aux familles de Sévérac, aux chanoines de Saint-Christophe, à la famille de Bousquet puis à la famille Lunet de la Jonquière qui en est toujours propriétaire. Il fut assiégé lors des guerres de religion en 1539 et en 1613. Il fut incendié en 1793, et sa châtelaine, épouse de Lunet de Pomayrols, un des chefs royalistes du camp de Lapanouse, fut incarcéré, dut parcourir les rues de Sévérac sous les insultes, puis dévêtue et battue de verges sur la place principale.

D'OLMIERES Etienne III
D'OLMIERES Jean III
D'OLMIERES Jean II
VIGOUROUX Antoinette
DE PELEGRY Aurable
DE PELEGRY Huc
D'HERAIL Hélis




D'OLMIERES François - - 38520
- Seigneur

Décès : vers 1555 à Mende 48095 ( Source )

Père : D'OLMIERES Etienne III ( ~ 1485 - ~ 1555 )
Mère : DE MONTMEJEAN Isabelle ( ~ 1500 - 1566 )

Note individuelle : ·   Seigneur de Saint-Hilaire.

D'OLMIERES François
D'OLMIERES Etienne III
D'OLMIERES Jean III
DE PELEGRY Aurable
DE MONTMEJEAN Isabelle
DE MONTMEJEAN Albert III
DE VEZINS Marguerite




D'OLMIERES François - - 38458
Maître d'Ecole

Décès : après 16 juillet 1675 ( Source )

Père : D'OLMIERES Jehan ( ~ 1600 - > 1675 )
Mère : ARJALIER Françoise ( ~ 1600 - > 1675 )

Note individuelle : ·   Profession : Maître d'Ecole.
·   Héritier universel dans le testament de son père Jean en 1675.

D'OLMIERES François
D'OLMIERES Jehan
D'OLMIERES Jean
? ?
ARJALIER Françoise
ARJALIER Jean
CROZE Agneze




D'OLMIERES Georges - - 38554
Juge - Commissaire au Parlement - Président du Parlement - Seigneur

Naissance : vers 1472 à Millau 12145 ( Source )
Décès : 19 juillet 1529 à Toulouse 31555 ( Source )

Père : D'OLMIERES Jean II ( ~ 1430 - ~ 1472 )
Mère : VIGOUROUX Antoinette ( ~ 1435 - ~ 1514 )

Union : OLIVE Isabeau ( ? - ? )
Note individuelle : ·   Seigneur de Saint-Sernin-d'Albigeois.
·   Juge de Comminges (Vers 1497-avant 1505) - Commissaire au Parlement de Toulouse (1505) - Président du Parlement de Toulouse (vers 1521-après 1526).
·   Le nombre, et surtout l’éparpillement, des hôpitaux à Toulouse soulève l’inquiétude des habitants et des pouvoirs publics à cause des risques de contagion. En 1505, une ordonnance du Sénéchal Georges d’Olmières, commissaire au Parlement a tenté de mettre de la clarté dans une situation anarchique. Le 25 février 1524, un arrêt du Parlement réunit tous ces petits hôpitaux autonomes à l’Hôpital Saint-Jacques du Bout du Pont, né en 1313 de la réunion de l’Hôpital Sainte-Marie de la Daurade datant de 1130 et de l’Hôpital Novel construit en 1227. (Extrait, histoire du CHU de TOULOUSE) Arrêt du Grand Conseil, 13 janvier 1539. (Coeffier).
·   Le procureur général du roi au Grand Conseil lui a représenté le 18 août 1529 que le comté de Toulouse était anciennement pairie de France, membre dépendant et sujet à retour, le cas échéant; le comte Raymond VI, en 1215, fut déclaré par le Saint Siège apostolique atteint et convaincu d'hérésie et crime de lèse-majesté et don du comté fut fait à Simon de Montfort qui, « par ses louables , belliqueux et vertueux faicts, avoit grandement travaillé à extirper l'hérésie; Simon a été reçu en foi et hommage par le roi Philippe le conquérant. » Après la mort de son père, Raymond VII obtint sa grâce du roi saint Louis et du légat à la charge « de grande et grosse pénitence » et Amaury de Montfort s'étant désisté du don fait à son père, le roi saint Louis voulut que le comte demeurât à son frère Alphonse et négocia son mariage avec Jeanne de Toulouse, fille et heritière du dernier Raymond; il en résulte que, depuis l'année 1215, la possession des comtes de la maison de Toulouse a été précaire et que ces princes n'avaient pas qualité pour diminuer le domaine de la couronne; néanmoins les habitants de Toulouse se fondent sur des privilèges accordés par Raymond VII en 1219 et 1222 pour se dire exempts des droits de leude dus au roi pour leurs biens, denrées et marchandises, « tant en Avignon et par aultre endroict de nostre pays et duché de Guienne jusques en nostre ville et cité d'Agen; » ils refusent aussi les péages et fournages, diminuant le domaine de 10,000 iivres tournois par an ; ils n'abusent pas seulement du privilège pour eux-mêmes, mais font passer sous leur nom des marchandises étrangères. Le Grand Conseil a été saisi, à la suite d'instance du procureur du roi prìs le Parlement de Toulouse et a rétabli par provision la perception des droits de péage, fournage et traite foraine. Me Guy de Breslay, conseiller au Grand Conseil, commissaire exécuteur, a renvoyé l'affaire sans rien ordonner; le roi se trouve ainsi frustré de droits induement aliénés par un prince privé de sa terre et déclaré hérétique; le 10 juillet 1531, le grand conseil a reçu l'appel du procureur général contre les procédures de Georges d'Olmières et Bertrand de Rességuier, conseillers au Parlement de Toulouse. L'arrêt du 30 juin 1534 ayant réglé la question, le procureur général a dû dénoncer de nouveau l'abus fait par les habitants de Toulouse et leur connivence avec des marchands de Bordeaux et d'autres villes et le dommage fait au domaine. « Thoulouse est la place la plus propre et commode à faire la trafique et marchandise tant de guesdes, garances, laines, safrans, huiles et autres marchandises que se cueillent aux environs que ville de Languedoc ny de Guyenne. » Le syndic de la ville a répliqué que Toulouse, capitale de la Gaule Narbonnaise, chef de sénéchaussée et de comté, a été de tout temps régie par droit ecrit et que ses habitants ont présomption de liberté. C'est en vertu de ce principe qu'il a été écrit en lettres d'or sur l'entrée de l'hôtel de la ville : Libera semper fuit et erit sine fine Tholosa. II a invoqué ensuite les concessions des comtes et les confirmations royales; la prescription séculaire d'immunité à Toulouse, Castelsarrazin, Verdun, Auvillars, Bourret, Saint-Jory, Basiège, Montgiscard, Avignon, Chasteauneuf d'Arry, Bram, Villeneuve la Comtal, Capendu, Carcassonne, Narbonne, Béziers, Pézénas, Montpellier, Nimes, Muret, Pamiers, Lisle, Rieux, Saverdun, Villemur, Montauban, Buset, Gaillac, Alby, Rodez; les répressions antérieures infligées aux exacteurs et publicains ; il a soutenu en outre que la franchise était plus profitable au roi que la perception des droits; « au moyen de la dite liberté, plusieurs notables personnages viennent habiter à Toulouse qui s'arrìèteroient aux villes d'Agen, Montauban, Chasteausarrazin, Caraman, ou aux villages de Portet, Corbarieu, Fenouillet et autres, favorisés par les comtes de semblables privilèges. La cherté des vivres y deviendrait intolérable, l'université en serait atteinte, les pauvres écoliers ne pouvant plus suffire à leur dépense « dont la chose publique du royaume souffriroit, qui en grand partie est régie et gouvernée par la doctrine y apprise » La cessation du commerce aurait aussi pour effet la perte des droits que payent les marchands forains. Le Grand Conseil, sur le vu du privilège de septembre 1219, des confirmations des rois Philippe IV, Philippe VI, Charles VI, des arrêts du Parlement de Paris de 1279, du Parlement de Toulouse de 1512 et 1518 et de ses propres arrêts du 30 juin 1534 et 3 novembre 1537, condamne les habitants de Toulouse à payer le droit de traite foraine sur le pastel et autres marchandises tirées hors le royaume; le droit de fournage, à raison d'un puin de la valeur de deux deniers tous les samedis pour chaque boulanger ou « fougacier »; le droit de leude et péage à Toulouse, Castelsarrazin, Verdun et autres lieux accoutumés, sauf pour les denrées et marchandises destinées à leur provision ou destinées à être consommées sur leurs propriétés, dans les limites du comté de Toulouse. Ils ne paieront rien à raison des produits et marchandises qu'ils feront amener en ville et qu'ils y vendront pour leur compte, en gros ou en détail. Toute fraude ou abus au payement des droits donnera lieu à confiscation des marchandises. Commission exécutoire est donnée au conseiller François de Saint-Mesmin. Archive AA12. 1529-1539 de la Mairie de Toulouse Lettres compulsoires du Parlement de Toulouse en faveur du syndic de la ville; 23 février 1526; il s'agit de documents à produire à raison de l'appel interjeté par le procureur général contre une ordonnance du président Georges d'Olmières, commissaire exécuteur d'arrêt (De Borrasol). Archive AA7 1220-1528 Mairie de Toulouse concordances de : AA13/92, AA13/93, AA13/94, AA13/95. Arrêt du Parlement de Toulouse, autorisant le règlement de réformation des hôpitaux, 26 fevrier 1505. La Cour, sur le rapport de ses commissaires, le premier président Nicolas de Saint-Pierre et le conseiller Arnaud de Saint-Félix, approuve, avec quelques modifications, les huit premiers articles et, en ce qui touche la demande de fonds, à cause de la grande stérilité de l'année et du nombre excessif des pauvres, permet la levée d'une taxe sur les revenus de l'archevêché, prévôté, chapitre Saint-Etienne, abbaye de Saint-Sernin, prieurés de Saint-Pierre-des-Cuisines, de la Daurade, de Saint-Jean, commanderie du Temple, et enjoint aux prieurs et recteurs des collèges de continuer leurs aumônes de mieux en mieux, sous peine d'y pourvoir d'autorité. Règlement en vingt articles (roman) 28 décembre 1504 : « A la honor de la sanctissima Trinitat. ..., de la tres gloriosa Verges Marie et de tout le Corps celestial de Paradis.... » rédigé, d'ordre du Parlement, par les capitouls avec le procureur général, plusieurs bourgeois marchands et autres gens de bien : 1° pour éviter les fraudes des agents hospitaliers au détriment des pauvres, il sera élu six grands personnages, bourgeois, marchands et autres gens d'état qui auront la surintendance des hôpitaux, s'assembleront au moins trois fois la semaine, visiteront les hôpitaux, s'enquerront des besoins des pauvres, veilleront à leur nourriture et au salut de leurs âmes : sont nommés surintendants Pierre Boisson, seigneur de Bauteville, Hugues Boisson seigneur de Mirabel, Geraud Hébrard, Pierre du Fau, Philippe Simonet et Hugues Desus, bourgeois de Toulouse; 2° les surintendants auront pouvoir de réformer les hôpitaux « de haut en bas», de destituer les hospitaliers et gardes qui ne feront pas leur devoir et d'en nommer d'autres; mais toute aliénation d'immeubles ou de meubles précieux leur est interdite; 3° ils feront faire les reconnaissances des domaines et revenus et poursuivront le recouvrement des biens aliénés, égarés ou occupés; 4° ils retrancheront les dépenses et le personnel superflus et veilleront en conscience au bien des hôpitaux et des pauvres; 5° un bon et notable personnage, sous le titre de proviseur des pauvres, lo provesidor des paubres, sera chargé de recueillir les rentes, revenus, aumônes, legs et condamnations au profit des pauvres et tiendra compte de sa recette; 6° surintendants, proviseur et autres membres du personnel hospitalier prêteront serment chaque année entre les mains des capitouls; 7° le proviseur et ses employés rendront leurs comptes annuels et paieront les reliquats à la Maison Commune, en présence des capitouls; 8° les capitouls visiteront fréquemment les hôpitaux, au moins de trois en trois semaines, veilleront aux abus et aviseront que les pauvres aient une bonne nourriture et que Dieu le Créateur soit bien content de la cité; 9° l'ordonnance faite par le sénéchal ou maître Georges d'Olmières, commissaire du Parlement, établit la nécessité de tenir à Toulouse cinq hôpitaux : Sainte - Catherine hors les murs pour les rogneux; Saint-Esprit des Couteliers pour les femmes malades; le Taur pour les enfants; le petit Saint-Jacques devant Saint-Sernin pour les pélerins de Galice; le grand hôpital « du Cap du Pont de Saint-Subra » pour les autres malades; la peste qui était continuelle en cette ville a cessé; les pauvres y viennent en grand nombre; on y en compte cinq cents ou plus; le revenu de cet hôpital ne se peut compter que pour 500 francs; 10° l'archevêque de Toulouse, pour raison de sa dignité, doit faire une publique aumône ; il a offert 200 livres; il doit consacrer à ces aumônes les amendes prononcées par l'official; la Cour le contraindra à donner annuellement 500 livres, avec dispense de faire cuire le pain; pour cette année, vu l'évidente nécessité, il fournira 365 livres ; ll° taxe du prévôt de Toulouse, chancelier de l'Université, 100 livres; 12° du chapitre Saint-Etienne; 200 livres; 13° de l'abbé et chapitre Saint-Sernin, 200 livres (la Cour en alloue 150); 14° de l'abbé de Moissac, qui doit tenir l'hospitalité de Saint-Pierre-des-Cuisines, 150 livres; 15° du prieur de la Daurade, 150 livres ; 16° du prieur de Saint-Jean, 200 livres; 17° du commandeur du Temple, qui devrait tenir hospitalité et ne le fait point, 50 livres; 18° des collèges de Foix, Saint - Martial, Sainte-Catherine et Périgord, 100 livres chacun; 19° des collèges de Narbonne, Maguelone et Mirepoix, 40 livres chacun; 20° le total est inférieur de 725 livres à la somme de 3285 livres nécessaire pour l'entretien des hôpitaux. La Cour « qui est surintendant en toutes choses » y pourvoiera au moyen des amendes et fera les contraintes nécessaires, A Faure, procureur-général; Treylier (Michaelis). - Requête du procureur-général pour la nomination d'un commissaire et appointement conforme, 10 mars 1505. Ordonnance de Georges d'Olmières, commissaire de la Cour, assignant par devant lui, dans le grand hôpital « du Cap du Pont » le 13 mars, les capitouls, le syndic de la ville, les baillis des hôpitaux et les surintendants; 11 mars 1505; exploits d'assignation du 11 et du 12 mars. (Benoit Dupuy. P. du Mas.)

D'OLMIERES Georges
D'OLMIERES Jean II
D'OLMIERES Etienne II
DE CAUMONT Hélips
VIGOUROUX Antoinette
VIGOUROUX Georges
DE LAPARRA Ricarde




D'OLMIERES Gui - - 38529
Ecuyer - Seigneur

Naissance : vers 1495 ( Source )
Décès : 30 septembre 1536 ( Source )

Père : D'OLMIERES Jean III ( ~ 1462 - ~ 1519 )
Mère : DE PELEGRY Aurable ( ~ 1465 - ? )

Union 1 : DE SADOUR Hélix ( ? - ? )
Contrat de mariage : 11 avril 1521 ( Source )
Union 2 : DE CARAMAN Anne ( ? - ? )
Mariage religieux : vers 1530 ( Source )
Note individuelle : ·   Seigneur de Bussac et de la Souquairie à Conques.
·   Ecuyer.
·   Guyon (Guy) d'Humières, écuyer, seigneur de la Souquairie né entre 1495 et 1500, était le deuxième fils de Jean d'Olmières, seigneur de Bussac et d'Aurable de Pelegry. Il épousa par contrat du 11 avril 1521 passé devant Guirbaldi, notaire à Conques, Hélips de Sadours, fille de noble Pierre de Sadours, seigneur de la Souquairie et de noble Antoinette Bertrand, sa veuve. Hélips de Sadours mourut avant 1530 laissant 4 enfants dont : Antoinette d'Humières, mariée par contrat du 21 juillet 1539 à Simon de Pelamourgues, seigneur du Pouget et de Paulhac en Rouergue. Elle testa le 25 novembre 1600 et mourut en 1602 laissant, entre autres enfants Pierre de Pelamourgues, marié à Anne de La Roque par contrat du 5 novembre 1594 passé devant Crantelle notaire. Guyon (Guy) d'Humières, seigneur de la Souquairie, testa le 25 septembre 1536 avant de rejoindre les armées du Roi en Piémont, la guerre ayant repris entre Charles-Quint et François I. Il mourut, le 30 septembre 1536 des suites d'une rixe avec les frères Etienne et Guillaume de Poey, seigneurs de Poey, peu après avoir rejoint les armées du roi François Ier. Antoinette d'Humières après son mariage avec Siméon de Pélamourgues suivit probablement son époux dans le Gévaudan berceau de cette famille. Son fils Pierre en épousant Anne de La Roque s'établira plus tard à Cassaniouze (branche des "Comtes de Cassaniouze")

D'OLMIERES Gui
D'OLMIERES Jean III
D'OLMIERES Jean II
VIGOUROUX Antoinette
DE PELEGRY Aurable
DE PELEGRY Huc
D'HERAIL Hélis




D'OLMIERES Guillaume - - 38481
Naissance : vers 1550 ( Source )

Père : D'OLMIERES Louis ( ~ 1525 - ? )
Mère : ? ? ( ? - ? )

Union : DE CORMOULS Catherine ( ~ 1545 - ? )
Contrat de mariage : 1576 ( Source )
·   Contrat de Mariage de 1576 - Archives Départementales de l'Aveyron - 3E 10119 - Maître BONENFAN - Bozouls.
Enfants : D'OLMIERES Jean ( ~ 1577 - ? )
D'OLMIERES Pierre ( ~ 1585 - ? )
D'OLMIERES Guillaume
D'OLMIERES Louis
D'OLMIERES Etienne III
DE MONTMEJEAN Isabelle
? ?
 
 




D'OLMIERES Hélix - - 38406
Naissance : vers 1625 ( Source )
Décès : avant 16 juillet 1675 à La Cavalerie 12063 ( Source )

Père : D'OLMIERES Jehan ( ~ 1600 - > 1675 )
Mère : ARJALIER Françoise ( ~ 1600 - > 1675 )

Union : CARANTE Jean ( ~ 1630 - ? )
Enfants : CARANTE Etienne ( 1657 - 1658 )
CARANTE ? ( 1660 - 1660 )
CARANTE André ( 1660 - ? )
CARANTE Marie ( 1664 - ? )
CARANTE Marie ( ? - 1660 )
Note individuelle : ·   Probablement descendante de la famille d'OLMIERES (ou d'HUMIERES) qui a exercé les fonctions de consuls de MILLAU. Le premier du nom, Pierre, marchand de Millau, était surnommé "DOLMEIYRAS". (Source citée par E. GARGADENNEC : Généanet - Claudine CARRIERE - Ep. CROS).

D'OLMIERES Hélix
D'OLMIERES Jehan
D'OLMIERES Jean
? ?
ARJALIER Françoise
ARJALIER Jean
CROZE Agneze




D'OLMIERES Jean - - 38512
- Seigneur

Naissance : vers 1520 ( Source )
Décès : vers 1555 à Mende 48095 ( Source )

Père : D'OLMIERES Etienne III ( ~ 1485 - ~ 1555 )
Mère : DE MONTMEJEAN Isabelle ( ~ 1500 - 1566 )

Note individuelle : ·   Seigneur de Luganhac.

D'OLMIERES Jean
D'OLMIERES Etienne III
D'OLMIERES Jean III
DE PELEGRY Aurable
DE MONTMEJEAN Isabelle
DE MONTMEJEAN Albert III
DE VEZINS Marguerite


                     


Ces pages ont été créées par Heredis 11 pour Windows , © BSD Concept